vendredi 8 janvier 2010

La typographie, grande oubliée du (livre) numérique

2009, l'année noire pour l'édition, a vu se dessiner un paysage numérique nouveau à défaut d'être innovant. Si les éditeurs indépendants, les libraires les plus dynamiques et certains professionnels à l'avant garde du livre ont su tirer parti de cette métamorphose, les conglomérats du livre, souvent impliqués dans la presse et surtout dans la distribution ont souffert dans leur image de leur incapacité à proposer de nouvelles pistes pour l'avenir du livre.


Alors que les appareils et les dispositifs de lecture électronique se sont multipliés, offrant la multiplicité et la diversité, en dépit d'un prix relativement élevé, les éditeurs se sont montrés assez peu inventifs dans la numérisation de leurs ouvrages. Ce réel blocage ne provient pas seulement du manque d'imagination de l'édition. Il est également dû à la pauvreté des interfaces des lecteurs numériques et à leur ignorance d'une composante essentielle du texte sous toutes ses formes : la typographie.


La typographie constitue le train roulant du texte. Sans elle, l'œuvre devient illisible sous sa forme imprimée et nous oblige à revenir au temps des scribes et des copistes qui uniformisaient l'écriture manuscrite afin de la diffuser plus largement. La typographie est le lien démocratique entre tous les textes, entre tous les lecteurs, entre tous les auteurs. Les caractères sont par extension les vecteurs de la plus large diffusion et les garants d'un déchiffrage égal par tous pour peu que l'on sache lire.


Force est de constater que les efforts prodigieux produits durant des siècles par les fondeurs de polices, les dessinateurs et les graveurs de caractères et les éditeurs amoureux des belles lettres au propre comme au figuré sont pour l'instant mis en suspens par la pauvreté, pour ne pas dire la misère, de l'usage de la typographie sur le Web et plus particulièrement sur les dispositifs de lecture numérique. C'est moche, mal foutu, peu ou pas adapté, frustre, quand ce n'est pas particulièrement illisible. Les textes numériques qu'ils soient libres ou en téléchargement payant n'échappent pas à cette consternante condition et ne présentent que rarement des textes embellis.


Le monde de l'informatique manque singulièrement de culture graphique, et la faiblesse du sens typographique n'en est qu'une facette. Le problème est que cette dernière pèse largement sur le degré de perception du texte. Son mauvais traitement menace doublement la culture littéraire et la diffusion du savoir. Elle oblige à redoubler d'efforts de perception et de déchiffrage et elle contribue à une baisse du niveau de la lecture perçue comme de plus en plus rebutante.


Ce qui est le plus frappant, c'est l'absence d'intention dans le domaine des premiers concernés : les marchands de livres. Je ne parle pas des libraires qui continuent de préférer des livres beaux à des textes moches. Je parle des maisons d'éditions, des conglomérats qui ne prêtent pas plus d'attention à la typographie de leurs textes qu'ils ne prêtent d'attention à l'ampleur de la révolution numérique (à quelques exceptions prêt). Pour beaucoup de groupes d'édition, ce qui compte c'est le titre et bien entendu le nom de l'auteur. Puis une bonne couverture et un 4e plus ou moins soigné feront l'affaire. L'emballage prime sur le contenu, comme souvent, et il est toujours étonnant de voir combien les marchands de livres ne dérogent pas aux règles ineptes et déloyales de la grande distribution.


Enfin ce qui peut donner à réfléchir est moins l'absence d'attention à l'esthétique (et donc au confort) de la lecture que le mépris des règles strictes et efficaces du code typographique. Véritable signalisation de la navigation littéraire, le code typographique n'est pas seulement une convention de la langue française imprimée. Il est également le fruit de l'expérience, des contraintes de plusieurs métiers et d'habitudes prisent au fil des siècles. Le code et sa typographie sont ainsi des biens d'héritage, un patrimoine, qu'il conviendrait de préserver.


Mais ce sont là des considérations superflues dans un univers commercial et compétitif qui voit déjà ses marges grignotées par les « parasites » numériques, rognées par l'avarice des banquiers de la littérature et devenue peau de chagrin au moment des bilans et des comptes de résultats envoyés aux auteur(e)s. Dans un tel marasme, la typographie est une affaire secondaire, sauf bien sûr pour les éditeurs indépendants, les petites maisons et quelques autres qui aiment encore les rondeurs, les pleins et les déliés, les boucles et les pointes, sacrifiant une partie de leurs gains à l'embellissement du texte : volonté inutile et donc nécessaire...

2 commentaires:

jeanlou bourgeon a dit…

Merci, Pierre-Alexandre de le rappeler et ton argumentaire est fort développé. J'y suis très sensible, fils de typographe (le temps des casses, du composteur, je connais un peu avant la linotypie même, puis le temps furtif des Composphères d'IBM...). Nostalgie...

Mais il existe de nombreux fondeurs encore aujourd"hui. L'offre est variée, très riche, adaptée à la lecture sur dispositifs numériques quels qu'ils soient.

En France, Peter Gabor, des fondeurs comme Prchez entre-autres, des graphistes comme Jean-Christophe Courte, Etienne Mineur et tant d'autres ont ce soucis au quotidien de soigner une belle mise en page, de créer avec une palette infinie de fontes...

Tu as raison de la rappeler ce sont avant tout les banquiers de la littérature qui massacrent littéralement et appauvrissent l'oeil qui s'est ainsi banalisé autour de l'Arial (sous Helvicaca, du monstrueux Verdama, tu trop classique Times) alors que le Georgia déjà apporte sa force, son "caractère", d'autres classiques comme les Din déclinent les graisses avec bonheur (on notera cependant pour cette dernière l'absence d'italique très importante pour le respect des conventions de nommage de titres dans une article rédigé que l'on pallie maladroitement par l'usage de guillements à l'Anglaise alors qu'il comviendrait d'utiliser les guillements à la Française... )

Je ne parle pas du catastrophique bug de Word qui impose une espace (oui "une" en l'occurrence, espace est féminin en typographie) après une parenthèse ouvrante ou même impose un "i" capitale pour internet (c'est quoi cette mannie?) quant à écrire AIR FRANCE sur Word, en capitales, essayez, vous serez très surpris...

Mais avant tout, nous, rédacteurs, prenons-nous le soin de bien aérer nos textes ?

De passer des espaces de respiration entre les paragraphes ?

Bref tout un environnement à soigner.

Notons cependant, nous le rappelle urbanbike de J.C. Courte, l'existence de Typekit qui permet de pallier à cette carence :
http://typekit.com/tour/library

Ajoutons à cela la monstrueuse (honteuse) conséquence d'Hadopi qui font de ses auteurs les fossoyeurs des auteurs : que n'ont-ils ne serait-ce qu'envisagé de s'intéresser au sort des auteurs ?

Ils meurent, ils ont toujours été méprisés par les puissants (le pouvoir, les éditeurs, les castes élitistes) qui prétendent propager notre culture ; qu'auraient-il à propager sans la matière des auteurs ???

Il est vital de revoir la convention de Berne. IMMEDIATEMENT.

Les droits d'auteurs datent du milieu dix-huitième siècle...

Exigeons une partage des revenus tout autre.

Le numérique est une opportunité unique.

Si non, il ne sera dommageable pour notre culture. Définitivement.

info a dit…

oui, ça me frappe aussi, le mépris du lecteur dans ce qui est vendu, notamment lorsque ça passe par Adobe Digital Edition

et l'absence de tous échanges collectifs sur la question - la notion de marge (un texte sur une Sony grise ou une Sony noire c'est pas la même chose), sur le gris typographique entre l'affichage écran et l'affichage e-ink, sur s'accommoder du format de page 9x12 etc etc qui nous est vital pour affiner un pdf avec le même souci qu'en impression papier

je commence à prendre de l'élan dans formatage epub, même si sacrifice de césures et ligatures me paraît un crève-coeur, mais on a aucun pouvoir sur les moteurs de rendu pour respecter nos css

au final, quand je vois ce qui est vendu en epub par les plate-formes commerciales, j'ai l'impression d'un mauvais ordi d'il y a 10 ans

F Bon